Mode d’emploi des soldes

Le mode d'emploi des soldes

Temps de lecture : 3 minutes

Tous les ans à cette époque c’est le même rituel des soldes. Quand le mercure monte les prix fondent. A quand remonte la valse des étiquettes ? Qui peut les réaliser et comment les faire ? L’article vous dévoile tous les dessous des soldes.  Vous serrez incollable sur les obligations des commerçants et des clients. 

Les origines : 

Elles sont nées au XIX-ème siècle avec l’apparition de la grande distribution. Leur créateur serait Simon MANNOURY. Il a créé en 1 830 le premier grand magasin parisien : le « Petit Saint-Thomas » qui deviendra le « Bon marché » en 1852. Simon MANNOURY est un génie car il créé et met en place :

  • L’entrée libre,
  • La profusion des articles,
  • La vente à distance,
  • La libre circulation dans les rayons,
  • Les prix fixes et affichés (et oui avant les prix des produits étaient négociés),
  • Les premières soldes pour vendre au plus vite les stocks de la saison passée à prix réduits.

Cette pratique fit boule de neige auprès de ses collègues. La première loi pour encadrer la pratique des soldes date de 1906 (la vente au « déballage »).

La loi sur les soldes : 

 

Quel est le cadre réglementaire des soldes? 

  • Les soldes sont accompagnées ou précédées de publicité,
  • Les produits  doivent être payés et proposés à la vente depuis minimum un mois lors du début des soldes. Le réassort est donc illégal.
  • Les prix avant soldes et prix soldés doivent figurer sur l’étiquette.
  • Le prix de vente en soldes peut être inférieur au prix d’achat,
  • Les dates sont fixées (6 semaines).
  • Les dates de certains départements peuvent varier.
  • Les produits soldés et non soldés doivent être très facilement identifiables par le consommateur.
  • La limitation de garanties sur un produit remisé est illégale.
  • En cas de vice caché le vendeur doit remplacer l’article ou le rembourser.
  • Sans vice caché le commerçant n’est pas légalement obligé de réaliser le remboursement ou l’échange. Il en va de son sens commercial.

Les dates  :

Elles sont définies par l’article D.310-15-2 du Code de commerce :

  • L’opération d’hiver débute le deuxième mercredi du mois de janvier à 8 heures du matin ; cette date est avancée au premier mercredi du mois de janvier lorsque le deuxième mercredi intervient après le 12 du mois ;
  • L’opération d’été commence le dernier mercredi du mois de juin à 8 heures du matin ; cette date est avancée à l’avant-dernier mercredi du mois de juin lorsque le dernier mercredi intervient après le 28 du mois.

Ces dates s’appliquent aux ventes à distance, notamment celles réalisées par internet, quel que soit le lieu du siège de l’entreprise.

En dehors des périodes de soldes un commerçant peut faire des réductions sans employer le mot soldes et ne doit pas vendre à perte.

Ces informations sont disponibles sur https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/consommation/Pratiques-commerciales/Soldes

L’avenir des soldes : 

Le bilan de l’opération de l’été 2018 est négatif. En effet un commerçant sur deux a vendu moins que durant l’opération de 2017. La part des achats en ligne ne cesse de croître. En effet les taux d’achat atteignaient les 42.9% en ligne et 46.9% en magasin. La chaleur et le début de la coupe du monde de foot avaient éloigné les clients des magasins. Quid de l’édition de 2019. Certes le Mondial de Foot féminin attire plus de 10 millions de téléspectateurs à chaque match. Les températures vont également monter. Les français choisiront-ils de se rafraîchir dans les magasins climatisés? 

Cette édition sera la dernière si longue car dès les soldes d’hiver 2020 la durée va passer de 6 semaines à 4. 

 

En tant que professionnel soldez-vous vos stocks ?

En tant que client profitez-vous des soldes ?

 

La Rose Des Ventes

Cabinet de conseils en stratégie commerciale éthique

Stop aux soldes, remises, prix barrés…

Pourquoi dire stop aux soldes, remises, prix barrés ?

Mon article peut surprendre en ce premier jour des soldes mais je reste cohérente avec mon article coup de gueule du lundi : tout à un prix. Je comprends l’utilité des soldes pour les articles en stock qui ont du mal à trouver acquéreur. Le commerçant doit libérer sa réserve et améliorer son compte en banque pour acheter la nouvelle collection.

Le pourcentage de remise : 

En effet le taux de remise doit être réfléchi. Une remise de 70%, de 80% interpelle car :

Quel montant de réduction?

– Le consommateur lambda peut se dire que le vendeur l’escroque le reste de l’année de 70% à 80%. Tous n’ont pas intégré que lors des soldes les commerçants peuvent vendre à perte.
– Le second effet négatif des soldes réside dans la course aux taux de remise. Les clients n’achètent pas un article pour son prix, sa valeur mais son pourcentage de remise. C’est dramatique à mon sens car l’acheteur n’a plus de référence sur la valeur des biens. Combien de fois vous dites à une copine « je viens de m’acheter une paire de chaussures à -50% » ? Vous auriez pu dire  » je viens de m’acheter une paire de chaussure à 50€. »
– La spirale des prix bas engendre des prix bas puis à terme une moindre qualité des produits voir des risques pour l’utilisateur. Une économie de quelques euros peut engendrer des maladies, des accidents.
N’oubliez pas qu’ « un client pris par le prix partira par le prix ». Avant d’apposer la nouvelle étiquette rouge réfléchissez aux conséquences de ce geste. N’appliquez pas un -50% car la vitrine de votre concurrent en est couverte car bientôt il risque de ne plus l’ouvrir.
Le changement de consommation est comme tous changements : il est très long mais si nous ne commençons pas il ne se fera pas.

N’y a-t-il pas d’autres solutions pour attirer de nouveaux clients qu’une baisse des prix ?

Bien sûr, il en existe de multiples. La fixation d’un prix juste sur la saison, sur la collection et non un prix haut puis un prix barré à -70% pour arriver au prix de vente public voulu. C’ est à mon sens plus éthique, plus respectueux du consommateur. En effet la personne qui a acheté au prix fort l’article qui le revoit quelques jours plus tard à -70% sera aigrie. Elle risque de ne pas réitérer son achat. Un prix constant évite ces désagréments. Les offres de fidélité, le parrainage sont deux autres outils à mon sens plus utiles et plus rentables pour le client et le vendeur. Je ne vous détaillerai pas toutes les autres astuces car elles sont fonction de votre métier, de vos clients et de votre stratégie d’entreprise mais je me tiens à votre disposition pour étudier votre stratégie commerciale.

L’infographie résume pourquoi il faut arrêter les remises.

Pourquoi arrêter les remises?
Pourquoi arrêter les remises?

La Rose des Ventes
Cabinet de conseil en stratégie commerciale

Coup de gueule du lundi : tout à un prix

Marre des prix cassés, barrés, remisés…

Tout a un juste prix

Je ne suis de nature tolérante mais je sature des Black friday, cyber monday, des promotions permanentes, des soldes à -80%… D’abord,  toutes ces promotions permanentes habituent les prospects à fouiner le prix le plus bas. Ils achètent un rabais et non un produit. Ils ne connaissent plus la VRAIE VALEUR de leurs achats. A mon avis une entreprise devrait plutôt communiquer sur la valeur intrinsèque de ce qu’elle propose. Pour cela elle devrait mettre plus en avant les heures et le nombre de salariés qui ont travaillé en
– recherche et développement,
– fabrication,
– commercialisation,
– logistique,
– SAV.
Et oui pour que vous puissiez utiliser n’importe objets ou services qui se trouvent autour de vous toutes ces étapes et tous ses salariés ont travaillé pour vous. Leur travail a une valeur tout comme le votre alors STOP AUX RABAIS PERMANENTS et AFFIRMEZ VOTRE VALEUR, VOTRE PRIX.

 

La Rose Des Ventes

Conseil en stratégies commerciales éthiques