Temps de lecture : 4 minutes

Origines et business de la galette des Rois La Rose Des Ventes

Vous allez surement partager une galette des rois ce mois ci mais connaissez ses origines et le poids économique de cette tradition? Comment cette fête a traversé les siècles? Comment a t’elle évolué? Bref dans quelques minutes vous serez incollable sur ce gâteau. Vous allez épater vos amis et votre famille

L’histoire de la galette des Rois

L’Épiphanie

L’Épiphanie est la commémoration de la visite des rois mages (Melchior, Gaspard et Balthazar) à l’enfant Jésus né 12 jours auparavant. Ils ont été guidé par l’étoile la plus brillante : l’étoile du Berger. Ils offrirent de la myrrhe, de l’encens et de l’or. La date correspondant 12 jours après Noel est donc le 6 Janvier mais elle ne tombe pas toujours un dimanche et n’est pas un jour chômé. Il a donc été décidé de fêter les rois le premier dimanche de Janvier. La date fluctue donc du 2 au 8 Janvier. Cette année c’est le 5 Janvier.

La galette des Rois

Les Romains

Les origines du partage d’un gâteau remonterait à l’époque romaine. En effet ils fêtaient les Saturnales en honneur à Saturne. Pendant sept jours chacun faisait ce qu’il voulait dont le fait de donner des gâteaux à ses amis. Pendant une journée les maîtres et esclaves étaient sur un pied d’égalité en mangeant à une même table. Un roi était élu. Il pouvait réaliser ce qu’il voulait et donner des gages.

L’ancien Empire

Sous l’Ancien Empire on l’appela le “gâteau des Rois” car il était offert au moment du paiement de sa redevance et il fallait en offrir à son seigneur.

Les XIII ème et XIV ème siècle

Se serait à cette époque que la tradition du partage et d’envoyer le plus jeune enfant (l’innocent) sous la table pour répartir les parts apparut.

Le XVI ème siècle

A cette époque les boulangers et pâtissiers s’adonnaient à une guerre féroce sur le gâteau des rois. Chacun voulait le monopole de ce business. Le roi François Ier accorda le droit aux pâtissiers. Les boulangers déçus et mécontents contournèrent l’interdiction en offrant des galettes à leurs clients.

Et la fève?

L’histoire de la fève remonte au XIV ème siècle à Besançon lorsque des moines élisaient leur chef de chapitre en insérant une pièce d’or dans un morceau de pain. Avec le temps ils remplacèrent le pain par une couronne de brioche et la pièce d’or par une fève. Petit à petit cette pratique s’est étendue à l’ensemble de la société.

Le Business :

L’épiphanie est une tradition qui se perpétue puisqu’en 2017 les Français ont acheté plus de 32 millions de ce dessert soit près d’un dessert pour 2 habitants. Le chiffre d’affaires tous canaux de distribution confondus (boulangeries, pâtisseries, supermarchés, hypermarchés, restaurants…) était de 332 millions d’euros.

Qu’achetons-nous?

La frangipane est la reine de l’Épiphanie car elle représente 80% des gâteaux vendus pour l’occasion. Très loin derrière arrive la brioche des rois avec 16% des ventes. Les 4 % restants sont les autres galettes au chocolat, aux pommes…)

Près de 78% de nos achats se portent sur des produits congelés soit 25 millions était des galettes industrielles pour seulement 7 millions de galettes artisanales.

Quelle marge?

En boulangerie elle atteint en moyenne 10,50 € par dessert. La marge des grandes surfaces est proche d‘un euro.

Ces chiffres sont issus de la Fédération des entreprises de boulangerie

La fève

95% des fèves proviennent du Vietnam et de Chine. Leur prix moyen est de 0,60€.

Comment se différencier? 

Certes cette tradition est bien ancrée car seul 6% des Français n’achètent pas ces gâteaux mais les modes d’achat  sont en pleine évolution. En effet un tiers des Français les achètent en grandes surfaces. Ce chiffre atteint les 50% chez les 18/24 ans.Comment les industriels et artisans font ils pour nous inciter à acheter leurs produits? Les premiers multiplient les spots publicitaires et flyers des magasins vantant le prix le plus bas possible. Pendant ce temps les artisans boulangers et pâtissiers redoublent d’imagination pour vous vendre une frangipane ou une galette.

Les fèves : 

L’an dernier nombreux d’entre eux ont surfé sur les fèves à l’effigie de Johnny Hallyday. Ils proposaient une vaste collection de fèves pour inciter les fans collectionneurs à multiplier les achats. Les fèves de collection sont une excellente excuse pour acheter un délicieux gâteau.

La spécialisation : 

Certains artisans proposent des gâteaux qui correspondent aux attentes des consommateurs : 

  • bio, 
  • sans gluten, 
  • moins caloriques, 

La seule limite est l’imagination de l’artisan

Le décor : 

Une fois de plus la créativité est illimitée. Cette année je trouve que la palme revient à Nina METAYER qui a reproduit la rosace de Notre Dame de Paris. “J’ai eu l’idée un peu avant l’été à un moment où les images étaient encore dans les esprits. J’ai trouvé que cela correspondait à l’idée de la galette qui renvoie à un moment religieux avec les rois mages. Et la rosace de Notre-Dame colle parfaitement à l’élégance de la galette”, explique la cheffe pâtissière au HuffPost.

Admirez son oeuvre d’art. 

A présent je vous laisse choisir entre frangipane ou galette briochée.

Laquelle allez-vous choisir? 

 

La Rose Des Ventes

Cabinet de formation et de conseil en stratégie commerciale éthique